Se ménager pour les fêtes 1


J’y arrive plus ou moins…

Quand on est atteint du syndrome d’Ehlers-Danlos, on ne peut pas simplement accepter tous les plans intéressants, faire les courses nécessaires quand on en a envie (ni même “quand on peut”, entre 2 trucs), cuisiner ce qui nous plaît à la dernière minute, et ainsi de suite.

Si vous n’avez pas encore lu ma traduction du merveilleux texte de la théorie des cuillers de Christine Miserandino, c’est un bon moment pour le faire, et vous comprendrez un peu mieux de quoi il est question!

Apprendre à se ménager, à doser, c’est un défi de tous les instants, et, je l’ai déjà dit, on n’arrive jamais à vraiment le maîtriser. Mais on s’améliore avec le temps.

Cette année je trouve que je me suis beaucoup assagie. Et en même temps… j’ai procrastiné et j’en paie le prix.
J’ai procrastiné, parce que je n’ai PAS commencé mes biscuits de Noël avant la fin novembre. Habituellement, je commence ça avant l’Halloween! (au moins commencer à déterminer quelles recettes je vais faire, établir les listes d’épicerie, acheter les trucs…)
J’avais donc un mois de retard. Ça voulait dire beaucoup moins de temps de repos possible entre les recettes… ou moins de recettes.

J’ai “l’avantage” de ne plus pouvoir manger, ou si peu, des tourtières que j’aimais tant… je n’en cuisine donc plus. Une recette de moins à préparer!
“Avantage” aussi de ne pas me sentir dans l’atmosphère des fêtes cette année, sans savoir pourquoi, alors moi qui aime tant décorer la maison habituellement, c’est une autre tâche enlevée de la liste.

Cependant, j’ai été bien sage en faisant un effort conscient pour refuser plusieurs invitations. Pour annuler ma présence à certains événements auxquels j’avais envie d’être présente, mais qui n’étaient pas absolument prioritaires… afin d’éviter le crash.
M’assurer d’avoir des “trous” à l’horaire. Ne pas sortir tous les jours (par “sortir” je précise que je ne parle pas de sortie dans un club jusqu’aux petites heures, mais bien de quitter la maison). Ne pas aller en ville trop souvent chaque semaine. Ne pas cuisiner trop longtemps dans une journée même si je me sens bien.

Me donner du temps pour me reposer entre les activités, privilégier les activités “reposantes”, regarder la télé ici et là, même si j’aurais envie de faire une activité plus stimulante, justement pour m’assurer de décrocher et me reposer…

Malgré tout, hier j’ai crashé, passé la journée alitée. Sortir du lit était physiquement difficile, comme si je pesais une tonne.
Je vais mieux ce matin, mais j’ai bien peur de ne pas arriver à aller voir le spectacle ce soir pour lequel j’ai un billet depuis plusieurs mois. Je continue de me reposer, on verra bien… et sinon, je me dis qu’au moins j’irai mieux demain. Si le crash ne dure que 2-3 jours et que je réussis à passer de belles fêtes, AVEC des biscuits et sans rater de réunions de famille ou de partys… j’aurai quand même réussi à bien gérer mon SED.
Et l’an prochain je commencerai mes préparatifs des fêtes plus tôt, décorations, cadeaux et biscuits ensemble, et ça ira encore mieux!

 

Écrit en écoutant mon album de Noël favori, A Charlie Brown Christmas, du Vince Guaraldi Trio, incluant “Christmas time is here” . 

*Si vous n’arrivez pas à voir le contenu vidéo, cliquez ici

——————————————–

Pour vous abonner à la liste d’envoi du blogue #EhlersDanlos cliquez ici


Laissez-moi un p'tit mot!

One thought on “Se ménager pour les fêtes