Pas de masque cette année


Eh non.

J’ai pris la décision l’automne dernier de ne PAS porter mon (mes) jolis masques.

masque

J’ai commencé à le porter à l’automne 2013, après une année d’enfer. Entre 2012 et 2013, j’ai passé des mois alitée suite à une succession de petits rhumes devenus bronchites devenus pneumonie. Et c’était ma routine. J’attrapais tout, tout le temps et ça se compliquait toujours. Et le petit rhume me frappait comme une grippe frappe quelqu’un d’autre. Pas juste comme une semaine un peu enchifrenée. Un cas classique du système immunitaire affaibli qu’on voit souvent avec le syndrome d’Ehlers-Danlos.

J’ai passé la saison “dangereuse” avec le masque l’an passé (de l’automne au printemps)… et effectivement ça a beaucoup aidé. J’ai eu l’impression par la suite que mon système immunitaire fonctionnait plus normalement. Je ne me sentais plus “traquée” par les infections. J’ai continué de faire attention : désinfectant sur les paniers à l’épicerie, dans la voiture : et hop un petit coup dès que j’embarque… me laver les mains souvent, tout ça.

Depuis un an j’ai attrapé quelques rhumes, qui ont été des rhumes normaux, et qui n’ont pas dégénéré.
J’ai attrapé une gastroentérite. Que même mes parents ont attrapé, comme semble-t-il presque la totalité du Québec cet hiver… donc je ne me sentais pas plus fragile qu’un autre.
Et je viens d’attraper une bronchite. Ça dure depuis une semaine, et je viens tout juste de passer le pire, je pense.

Est-ce que je regrette?
Est-ce que, si j’avais porté le masque, j’aurais évité la bronchite, les 2-3 rhumes, la gastro?

Sincèrement, je ne crois pas.
Le masque ne m’aurait pas protégé contre la gastro.

Je ne crois pas non plus que c’est l’absence de masque qui fait que j’ai attrapé la bronchite. C’est plutôt la fatigue, parce que je n’ai pas suffisamment respecté mes limites et que je me suis poussée à bout. Je crois d’ailleurs que j’ai probablement juste attrapé le rhume de mon ami alors qu’on était en studio, et que vu ma fatigue ça s’est tout de suite développé en bronchite… je n’aurais pas porté mon masque en studio alors qu’on n’était que trois.

J’aurais peut-être évité 1-2 rhumes…

Mais surtout, surtout… ce masque aurait gâché tellement de mes meilleurs moments de mon année…

Ça cache mon sourire (et toutes mes expressions, en fait, et dieu sait que j’en fais!). Ça empêche les gens de comprendre ce que je dis quand on est dans un endroit bruyant (et comme la plupart de mes sorties se font dans des spectacles de musique…). Ça fait peur aux gens. Ça m’isole.

Je ne change pas d’avis… si je devais encore passer plusieurs mois alitée dans une année à cause d’un système immunitaire sévèrement affaibli, si j’étais incapable de passer plus de deux semaines sans attraper quelque chose, je n’hésiterais pas à porter le masque, peu importe que c’est dérangeant en public. Parce que le masque isole moins qu’une infection.

Mais présentement, si je compare les avantages et inconvénients, mon “taux d’infection” est encore assez bas dans les derniers mois pour que ça vaille la peine de ne PAS porter le masque. Et je souhaite que ça reste comme ça.

 

Écrit en écoutant la musique de mes amis de Mama Groove. Ma préférée de leur premier album (le 2e s’en vient!) est “Rubbed Dry”

*Si la musique ne fonctionne pas, cliquez ici

——————————————–

Pour vous abonner à la liste d’envoi du blogue #EhlersDanlos cliquez ici

Laissez-moi un p'tit mot!