© Nataka/Photos.com

2e rendez-vous en neurologie de 2016


Suite à mon premier rendez-vous en neurologie de janvier 2016, j’avais passé un EMG (ouch), manqué mon coup en clinique de la migraine et essayé l’amytriptiline sans succès pour mes douleurs neuropathiques.

Je devais avoir mon suivi en juin… je l’ai eu début novembre.

Le médecin qui m’avait fait passer l’électromyographe m’avait plus ou moins confirmé que j’avais une neuropathie des petites fibres, m’assurant que le fait qu’on ne voie rien à l’examen ne signifiait pas du tout que je n’avais rien.

…j’ai beaucoup moins aimé mon neurologue à ce 2e rendez-vous.
Il a tout d’abord commencé par me rappeler que mon EMG était négatif, et que comme, en plus, l’amytriptiline ne m’avait pas soulagé, ça ne devait pas être de la neuropathie que j’avais.
Il s’est mis à m’expliquer que, puisque j’avais souffert de beaucoup de blessures, assurément, mon système était devenu “hypersensible” et comme “barré” en mode douleur. Il semblait me décrire le syndrome douloureux régional complexe, sans me le nommer.
Je n’ai aucun préjugé envers ce problème de santé, bien réel et souffrant… cependant ça n’a aucune logique ici, ce que j’ai tenté de lui expliquer! Non seulement je n’ai à peu près jamais eu de douleurs dans les pieds ni dans les mains avant (alors qu’avec le SDRC les douleurs débutent habituellement à l’endroit d’une blessure), mes douleurs n’ont pas débuté suite à une blessure, mais bien tout d’un coup, bi-latéralement de façon égale (les deux mains et deux pieds presque en même temps), et en prime le type de douleur est typique de la neuropathie, et pas du SDRC (feeling de picotements et de gants/bas trop serrés, d’enflure et de chaleur diffuse, comparativement à une douleur intense, brûlure, etc.).

J’ai un peu insisté, entre autre mentionné (avec beaucoup de tact!) le fait que, n’était-il pas vrai qu’on utilisait parfois une biopsie pour vérifier l’atteinte des petites fibres?
Il n’avait jamais fait cela, m’a-t-il répondu… a semblé sur le point d’arrêter la discussion là, sur cet “argument”… puis a dit que, oui, ça se faisait parfois… et que si au prochain rendez-vous, j’avais encore les symptômes ou si ça avait augmenté, on en reparlerait.

Il n’était pas très à l’écoute, et le seul moment où il a été ébranlé dans sa théorie est quand j’ai mentionné avoir une zone de chaleur dans ma cuisse droite depuis quelques années, qui augmentait depuis quelques mois, des coups d’aiguilles dans la même cuisse (mais pas au même endroit) et de nouveaux spasmes musculaires.
Il a alors fait l’examen de mes réflexes… très faibles.

Suite à cela, il m’a prescrit du Cymbalta (Duloxetine), un autre anti-dépresseur, encore une fois pour les neuropathies (pas la dose du traitement d’une dépression), en me précisant de ne pas espérer de soulagement avant deux ou trois mois (et donc de ne pas cesser rapidement en cas d’absence de soulagement!).
Puis il a dit vouloir me revoir 6 mois plus tard, indiquant sur le billet “troubles moteurs”. Pas si rassurant, cette catégorisation!

 

Écrit en écoutant un album des poèmes du grand Gaston Miron, mis en chanson par des chanteurs québécois (je vous mets le spectacle entier, mais à l’endroit de ma chanson favorite “La route que nous suivons”, par Louis-Jean Cormier).

*Si vous n’arrivez pas à voir le contenu vidéo, cliquez ici

——————————————–

Pour vous abonner à la liste d’envoi du blogue #EhlersDanlos cliquez ici

Laissez-moi un p'tit mot!