© Nataka/Photos.com

Quand on veut on peut? 5


J’avais cette idée de post depuis quelques temps déjà… mais je trouve le moment particulièrement approprié.

En 1989 est sorti un film avec Kevin Costner que j’aimais beaucoup : Le champ des rêves (Field of dreams). En anglais, la phrase-clé du film était « If you build it, he will come » (Si tu le construit, il viendra). Autrement dit, c’était une jolie métaphore de la pensée positive, que si on y croit très fort, l’impossible peut se produire.

En 2006 est sorti le livre « Le secret », dans lequel on prône l’idée que si on croit vraiment à quelque chose, que si on s’imagine dans les conditions gagnantes, ça va arriver… et donc, ça laisse entendre que si le malheur nous arrive, c’est qu’on a dû être négatif, et que si le bonheur qu’on espérait ne se produit pas, on n’a pas dû y croire assez fort. (pas besoin de spécifier que je considère que ce livre est de la merde).

Et il y a quelques mois, Oprah Winfrey est venue en tournée à Montréal, et j’ai lu un compte-rendu dans le journal de sa conférence… qui disait en gros la même chose : Quand on veut on peut, il suffit d’être positif et de croire en ses rêves!

ÇA M’ÉNERVE!

Je suis la première à dire qu’il faut voir le positif dans la vie.
Je vais voir le bon côté d’une personne avant toute chose, le bon côté des choses. Je vais garder espoir contre toute attente.
Je suis très « avocat du diable », ce qui veut dire que OUI j’ai un côté réaliste et je vois le côté négatif, mais je ne vois jamais tout en noir non plus! Et mon coeur voit toujours le positif en premier, et en dernier. 🙂
Je ne dirai jamais à quelqu’un que ses rêves sont impossibles, et je suis toujours la première à encourager les rêves, à dire que c’est possible, à trouver des moyens pour que ça le devienne.

Cependant… il y a des limites! Des limites que ces exemples ne veulent pas voir, et qui culpabilisent ceux pour qui « la pensée positive » ne marche pas!
Cette mode de la pensée positive « qui va tout régler » me tape sur les nerfs, me frustre, me décourage.

Même si la personne qui s’est fait couper les jambes rêve d’être ballerine et y croit très fort… c’est triste, mais ça ne se produira pas.
On a vu un coureur aux jambes artificielles aux olympiques? Oui. Est-ce que la « ballerine » a les fonds, les connexions, et les compagnies qui vont lui faire les jambes artificielles? Sera-t-elle capable de danser comme dans ses rêves? Sera-t-elle engagée par les grandes compagnies? Non.
Elle aura peut-être la chance, avec beaucoup beaucoup d’efforts, de danser avec des prothèses, pour son plaisir. Mais pas d’être une « ballerine ».

Quand je vois ces belles histoires inspirantes dans les médias, je pense immanquablement à toutes ces personnes dans une situation semblable qui ne verront pas le même dénouement, parce qu’elles n’ont pas les mêmes ressources, parce que leur diagnostic n’est pas le même, et quoi d’autre encore… mais qui vont vivre le découragement et la culpabilité de la comparaison, le jugement dans le regard des autres, de ceux qui ne savent pas, ne s’arrêtent pas pour réfléchir et pensent seulement à « LUI y est arrivé, pourquoi pas toi? ».

Même si je rêve de guérir et que je passe toute mon énergie à y croire. Je ne guérirai pas plus! Je peux rêver au jour où la recherche sur le syndrome d’Ehlers-Danlos va aboutir, rêver que ça se produise de mon vivant.
Mais ce que je veux dire, c’est que même si je VEUT être en forme et avoir une vie normale, le vouloir ne me sert à rien.

Ceux qui sont de fervents croyants du Secret et d’Oprah et qui croient dur comme fer que c’est ma faute, que je n’y crois juste pas assez, ou que je suis juste trop négative, je les emmerde!

Ce que je sais, c’est que ça fait 9 mois que j’attends de pouvoir danser, que j’ai un cours ce soir, que j’ai très hâte, mais que je ne sais pas si je vais pouvoir y aller. Qu’en fait je vais probablement y aller, mais que je ne sais pas si c’est responsable de le faire, car j’ai de la difficulté à respirer encore (sans compter le reste).
Ce que je sais, c’est que si c’était si facile qu’avoir des pensées positives, croire et voir ses rêves se réaliser, je serais en pleine forme, en train de travailler sur un show à Broadway!

Abonnez-vous au blogue par courriel

Saisissez votre adresse courriel pour vous abonner à ce blogue et recevoir une notification de chaque nouvel article par ecourriel.


Laissez-moi un p'tit mot!

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “Quand on veut on peut?

  • Tania Tirraoro

    Ce serait fantastique si vous souhaitez écrire votre blog en anglais ainsi! S’il vous plaît ajouter un lien vers celle-ci (dans la section de langue française) sur RareConnect aussi!
    Tania x

    • Annie-Danielle Grenier Auteur du billet

      Oh Tania, I wish I had the time and energy to write in both languages! I might get around to it eventually, I honestly don’t know…
      For now the need for a blog in french is way more, as it seems mine is the only active french blog on the matter!
      There is already a link to my blog on my « story » page… I don’t know how to place a link elsewhere on RareConnect… could you send me a private message to tell me how please? Thanks!
      ——————
      Traduction rapide pour que ce ne soit pas un message « secret » 😉
      J’ai dit à Tania que j’aimerais avoir le temps et l’énergie d’écrire dans les 2 langues et que je le ferais peut-être un jour, mais qu’en attendant la demande était plus forte en français, étant le seul blogue actif en français sur le SED.
      Je lui ai aussi demandé de m’écrire en privé pour m’indiquer comment ajouter un lien sur RareConnect comme elle me le demande. 🙂

  • Julie F.

    Bonjour Danielle,

    Comme toi, je suis une femme positive et optimiste, mais comme toi je me sens aussi interpellé par les gens qui font choses extra-ordinaire malgré leur maladie. Je les trouve chanceux et je trouve leurs histoires touchantes et émouvantes, mais comme toi, je suis une simple personne qui a des rêves et qui met beaucoup d’effort. Malheureusement ma réalité n’est pas la leur et parfois quand je vois leurs exploits je me dis que je ne dois pas être assez forte ou travailler assez fort. Ton message me touchent et me bouleverse à la fois. Voilà une nouvelle piste de réflexion à explorer. Est-il possible que comme les mannequins aux jolies silhouettes qui mettent la poudre aux yeux des jeunes filles, ces exploits projettent-ils la société vers la pensée magique pour tous? Il est facile de mettre en évidence l’exploit d’une personne, mais est-elle le reflet exact de la réalité de tous un chacun?

    Julie F.