© Nataka/Photos.com

Mardi 16 juillet (la vie avec le syndrome d’Ehlers-Danlos)


Au secours, je veux dormiiiir!

Je ne sais pas si c’est un contre-coup de mon weekend (autrement dit, un crash classique du syndrome d’Ehlers-Danlos), ou si c’est l’effet secondaire relié au Ralivia…
J’espère que c’est le Ralivia, mais que ce n’est que l’effet d’habituation… les premiers jours ou premières semaines… et que ça va vite me passer.

Parce que je me couche avant le soleil, et que je me lève pas si tôt pour autant… je dors au moins 12 heures par nuit… et je dormirais plus si je n’avais pas si mal aux côtes, au diaphragme et au dos… La peau me brûle comme lors de mes crash, j’ai un léger mal de tête… mais c’est surtout que je suis complètement épuisée, zéro énergie.

À preuve, hier j’avais commencé à vous écrire un post… de peine et de misère j’avais écrit deux paragraphes… mais vraiment difficilement… en prenant des pauses et en me forçant parce que je n’arrivais pas à organiser ma pensée et que taper sur le clavier était pénible… et puis je n’ai plus été capable! Deux heures plus tard je dormais… jusqu’à ce matin!

J’ai donc décidé de vous écrire ceci, pour au moins vous expliquer mon silence des derniers jours, et probablement des jours à venir! 😉

J’ai une sortie demain soir, ce ne sera pas du gâteau!

La bonne nouvelle, c’est que je n’ai pas eu besoin de Tramacet pour ma costochondrite depuis quelques jours : je ne ressens aucune douleur, tant que je ne fais rien. C’est-à-dire que si je suis active, je recommence à avoir des douleurs à la poitrine, mais que contrairement aux dernières semaines, où même avec les anti-douleurs et avec le repos, j’avais mal… c’est fini! Tant que je me repose, avec le Ralivia, je n’ai pas de douleurs liées à ma costochondrite, yé!

Sur ce… je retourne ne rien faire et somnoler dans mon sofa inclinable… *bâille*

Subscribe to Blog via Email

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Laissez-moi un p'tit mot!